Jessie Luther est née en 1860 à Providence, Rhode Island; elle a étudié les arts et la composition. Ses collègues, sa famille et les auteurs actuels la décrivent comme l’une des initiatrices du Mouvement de l’art et de l’artisanat et comme une pionnière en ergothérapie. En 1901, à l’invitation de Jane Addams, fondatrice de la Chicago Society of Arts and Crafts dans les années 1890, Jessie Luther s’est rendue à la Hull House, l’un des premiers centre d’oeuvres sociales aux États-Unis, pour travailler avec les immigrants et les pauvres. (Certains lecteurs peuvent associer la Hull House avec l’éminente ergothérapeute Eleanor Clarke Slagle, qui a travaillé à ce centre quelques années après Jessie Luther, vers 1910.)

Jessie Luther a travaillé de longues heures à Hull House, écrivant dans son journal qu’elle est devenue malade car elle était épuisée. Pendant son rétablissement, elle a  adopté l’idée que la participation à des activités d’art et d’artisanat pouvait faciliter le rétablissement d’une personne. À l’été 1903, à  Marblehead, au Massachusetts, Jessie Luther a rencontré le Dr Herbert Hall.  Ensemble, ils ont établi un sanatorium, connu sous le nom de Handicraft Shop, qui était une solution de rechange à la cure de repos pour le traitement de la dépression, qui, à l’époque, était considérée comme l’une des conséquences de la vie urbaine moderne.

Les visiteurs venaient au Handicraft Shop parce qu’ils avaient entendu parler du travail qu’on y faisait à l’aide d’activités d’artisanat comme la poterie, le tissage et le travail du bois pour aider des personnes à se rétablir d’un « problème émotif » et de maladies semblables. L’un de ces visiteurs était le Dr Grenfell, qui se trouvait dans la région pour recruter des travailleurs de la santé pour travailler le long de la côte du Labrador et du nord de Terre-Neuve. Le Dr Grenfell a trouvé que le travail de Jessie Luther serait utile pour les femmes des pêcheurs qui pourraient ainsi apporter un supplément à leur faible revenu familial. Le Dr Grenfell voyait que l’ergothérapie pouvait rehausser la qualité de vie des personnes vivant dans la pauvreté. Jessie Luther a accepté l’emploi saisonnier offert par le Dr Grenfell et a pris un congé sans solde de son poste de directrice de l’ergothérapie au Butler Hospital de Providence.

Le 29 juin 1906, Jessie Luther est partie pour la côte nord de Terre-Neuve et du Labrador pour travailler à la Grenfell Mission. Elle ne se doutait pas alors que le travail qu’elle a accompli pendant les dix ans qui suivirent serait le fondement de l’avenir de l’ergothérapie à Terre-Neuve et ailleurs.  Son voyage jusqu’à St. Anthony, Terre-Neuve, à l’été 1906 a été intéressant.  Jessie Luther a voyagé en navire à vapeur et en train. Lorsqu’elle est arrivée à St. Anthony, les choses n’étaient pas comme elle l’avait espéré.  Le Dr Grenfell n’était pas présent et il n’y avait personne pour l’aider à installer l’atelier, c’est-à-dire le département où les patients faisaient des activités comme de la menuiserie, du tissage et de la sculpture sur pierre.


C’était l’été et un grand nombre de femmes avec lesquelles elle désirait travailler étaient occupées par la saison de la pêche.  À cette époque, St. Anthony était une communauté rurale de pêche et Terre-Neuve ne faisait pas partie du Canada. Cependant, Jessie Luther a constaté que les gens qu’elle rencontrait travaillaient très dur et cela l’a encouragée à revenir l’année suivante.

Le deuxième voyage de Jessie Luther a été plus positif, car elle s’est concentrée sur son travail avec les femmes pour développer un esprit communautaire et promouvoir la santé.  Jessie Luther a installé une salle de tissage et un atelier de poterie et elle a organisé des cours de menuiserie pour les garçons et des clubs sociaux pour les femmes afin de leur montrer à faire des petits tapis en tricot. Dans son journal, elle a écrit : « Il semble que ce genre d’occupations usuelles et intéressantes et l’effort continuel qu’il faut donner pour les réaliser ne peuvent qu’améliorer les normes sociales de la communauté et exercer une influence sur la vie quotidienne ».

Pour en savoir davantage sur Jessie Luther, voir Jessie Luther at the Grenfell Mission, édité par Ronald Rompkey en 2001. Le livre est basé sur les journaux personnels de Jessie Luther.  Il présente au lecteur une description de la vie d’une pionnière en ergothérapie. Le livre comporte de magnifiques photos prises par Jessie Luther qui illustrent l’utilisation d’occupations quotidiennes au sein d’une communauté. Ce livre s’ajoute à notre patrimoine professionnel; il témoigne de notre lien de longue date avec les arts et l’artisanat et avec le Mouvement des centres d’oeuvres sociales.