L’une des premières ergothérapeutes au Canada
« Depuis que je suis née, je suis entourée d’artisanat et de gens qui fabriquent des choses à la main ».
Mary E. Black a été une pionnière en ergothérapie au Canada. Elle a étudié, développé et exercé la profession au début des années 1920. Elle a passé la plus grande partie de sa carrière professionnelle aux États-Unis. C’est au cours des 21 années passées de l’autre côté de la frontière qu’elle a écrit un livre-phare sur le tissage. Ce livre est devenu un classique dans le domaine; il a été révisé et mis à jour à trois reprises. Livre de chevet de la plupart des tisserands, ce livre est considéré comme la bible du tissage. On peut penser que c’est l’approche analytique apprise par Mary E. Black au cours de l’exercice de l’ergothérapie qui l’a guidée à travers les mécanismes du tissage et l’a amenée à rédiger un livre qui est toujours aussi pertinent après plus de 60 ans.

Mary E. Black est né le 18 septembre 1895 à Nantucket Island, au Massachusetts. Elle a étudié à Wolfville, en Nouvelle-Écosse et elle a démontré très tôt des aptitudes pour l’artisanat. Lorsqu’elle était enfant, elle a appris d’elle-même à tisser « un tapis grossier et rudimentaire » avec du foin des marais. Mary a obtenu son diplôme du Acadia Ladies Seminary en 1913. En 1919, elle suivait un cours en ergothérapie offert à Montréal. Ce cours, qui était offert par le gouvernement fédéral, avait pour but de former des aides de salle pour le programme de retour à la vie civile (RVC).


Mary E. Black a eu longue carrière diversifiée. Ayant reçu sa formation en Nouvelle-Écosse, elle a continué à exercer aux États-Unis. Elle a débuté à titre d’aide de salle à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, aidant les soldats revenant de la guerre à réintégrer la société. Sa carrière l’a également amenée à enseigner l’ergothérapie à des étudiantes en sciences infirmières de l’University of Michigan. Puis, elle est revenue en Nouvelle-Écosse dans les années 1940, en transposant sa perspective sur l’ergothérapie dans son travail à l’aide de l’artisanat, notamment, en dirigeant un programme pour le gouvernement provincial.


Champs d’intervention

1919-1920 : Aide de salle pour le RVC au Nova Scotia Hospital, à Dartmouth
1921-1922 : Organisation et direction d’un programme d’ergothérapie pour les patients civils
1922-1923 : Enseignement d’un cours sur la psychiatrie et l’artisanat au Boston State Hospital, à Blue Hills, Mass.
1923-1932 : Organisation et direction d’un programme d’ergothérapie, enseignement des processus ergothérapiques à des étudiantes en sciences infirmières au State Hospital, à Traverse City, Mich.
1932- 1939 : Organisation et direction d’un programme d’ergothérapie et de thérapie industrielle au Michigan State Hospital, à Ypsilanti; enseignement de l’ergothérapie à des étudiantes en sciences infirmières de l’University of Michigan, Ann Arbor
1939- 1943 : Restructuration de l’ergothérapie et établissement d’un programme faisant valoir l’ergothérapie pour les patients se trouvant dans des environnements spéciaux au Milwaukee Sanitarium, à Wanwatosa, Wisc.; travail sur le manuscrit de Key to Weaving
1943- 1945 : Organisation et direction du programme d’artisanat pour le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, à Halifax
1956-1960 : Copropriétaire de la Shuttle Craft Guild, à Bedford, NS; publication du Shuttle Craft Bulletin


Mary E. Black a mené des recherches approfondies dès les débuts de l’ergothérapie. Les recherches qu’elle a effectuées en vue de la rédaction de son livre le plus influent, Key to Weaving, découlaient du matériel qu’elle avait rassemblé alors qu’elle travaillait à titre d’ergothérapeute au Michigan State Hospital, à Ypsalanti. C’est alors qu’une collègue ergothérapeute lui avait demandé de l’information sur le tissage pour un patient. Tout en colligeant les patrons et l’information qu’elle avait en sa possession, Mary E. Black a décidé d’écrire un livre sur le tissage. En 1941, alors qu’elle proposait à la Bruce Publishing Company de Milwaukee de publier un livre écrit par sa sœur sur la confection de vêtements en tricot pour les poupées, l’éditeur lui a dit qu’il était plutôt intéressé à publier un livre d’instruction sur le tissage. En 1943, elle lui présentait son manuscrit, mais, en raison du manque de papier découlant de la Deuxième guerre mondiale, le livre a seulement été publié en août 1945.


Livres

Key to Weaving (1945) : publié par Bruce Publishing Co. Milwaukee, Wisc. Environ 65 000 exemplaires vendus en 1979
Weaving for Beginners (1953) : colligé par le département fédéral d’éducation physique; publié par le gouvernement canadien.
Setting and Weaving of Tartans (1954) : publié par Lily Mills Co. Shelby, NC
You Can Weave (1974) : publié par McLelland and Stewart


Publications

1925-1955 : Rédaction de nombreux articles sur les différentes étapes de l’ergothérapie et de l’artisanat, publiés dans des bulletins sur l’ergothérapie et dans les bulletins Family Herald, Weekly Star et Handcraft
1938-1943 : Rédactrice adjointe du American Journal of OT
1942 : Rédaction d’un chapitre sur l’intervention en ergothérapie pour le Acutely and Chronically Ill Neuropsychiatric War Casualty
1943-1960 : Édition et rédaction de la plus grande partie du matériel pour « Handcrafts », le bulletin bimensuel de la Handcrafts division, department of Trade and Industry


La plus grande influence exercée par Mary E. Black sur la communauté s’est produite dans les 12 ans pendant lesquels elle a été directrice de la Handcrafts division of the department of Industry and Publicity, qui est devenue plus tard la Trade and Industry. De 1943 à 1955, elle a opté pour une approche de développement communautaire, en aidant les gens à s’aider eux-mêmes. S’appuyant sur sa formation d’ergothérapeute, elle a encouragé les gens à apprendre à fabriquer des « choses simples et utiles » avec une excellente qualité d’exécution et des couleurs coordonnées. Elle a offert des ressources, de l’enseignement et elle a montré comment améliorer la qualité et la valeur marchande du produit. Pendant cette période et les années subséquentes, elle a donné de nombreuses consultations nationales et internationales et a reçu de nombreux honneurs pour son apport et ses réalisations.


Le livre Key to Weaving demeure encore aujourd’hui l’une des preuves tangibles de l’influence de Mary E. Black sur la société. La plupart des tisserandes nord-américaines auxquelles vous mentionnerez son nom vous diront qu’elles ont un exemplaire de son livre dans leur bibliothèque. Ce livre est toujours « la bible » pour apprendre la technique et résoudre des problèmes de tissage. S’inspirant de sa formation en ergothérapie, Mary pouvait analyser les tâches et présenter l’information en termes clairs et concis, ce qui explique pourquoi son livre et son nom ont résisté au passage du temps.


Tout au long de sa carrière, Mary E. Black a participé activement à des associations en ergothérapie, par exemple, à titre de présidente de la Michigan OT Association, de 1936 à 1938. Elle a aussi participé activement à de nombreuses associations d’art et d’artisanat aux États-Unis et au Canada. Cependant, on se souviendra longtemps d’elle comme fondatrice de guildes de tissage à Halifax et dans la province, avec la Atlantic Society of Handweavers et finalement pour avoir collaboré au plan national en 1948, avec la création de la Guild of Canadian Weavers. En 1949, elle était présidente honorifique de la guilde nationale.


Mary E. Black est décédée le 11 février 1988.


Ressources

Wendy Landry, professeure à la Nova Scotia School of Art and Design
Public Archives of Nova Scotia
Joyce Chown, co-propriétaire de la Shuttle Craft Guild in Bedford, NS


Bibliographie

Autobiographical Resume : Mary Ellouise Black : 1980
Biography of Mary E. Black : Wendy Landry
New Key to Weaving : Mary Black (OTR)